Pétition NOUS DEMANDONS L’ABOLITION DU TRAITE EURATOM


A l’attention du Président de la République Française

NOUS DEMANDONS L’ABOLITION DU TRAITE EURATOM

Pour en finir avec un régime d’exception, qui favorise l’énergie nucléaire

et freine le développement des énergies renouvelables

La CommunautéEuropéenne de l’EnergieAtomique, dite EURATOM, a été institué par un traité signé en 1957 par les six pays membres de la CommunautéEuropéenne du Charbon et de l’Acier (CECA). Fixée à l’article 1, sa mission est très claire : promouvoir le développement de l’énergie nucléaire en Europe.

La CECA a été dissoute en 2002 et intégrée à la Communauté Européenne mais, 60 ans après sa création, le traité EURATOM continue d’exister en dehors de l’Union Européenne. Maintenir un tel passe-droit au profit de l’énergie nucléaire est aussi anachronique qu’anormal.

Alors qu’EURATOM est chargé de développer en Europe des industries nucléaires puissantes, c’est ce traité qui définit les normes de protection contre les dangers de la radioactivité. Le conflit d’intérêt est criant, au détriment de la protection des populations.

EURATOM constitue également un obstacle majeur au développement des énergies renouvelables : en drainant un volume considérable d’aides financières, son existence restreint les investissements nécessaires aux solutions d’avenir que les citoyens européens plébiscitent et qui préservent les générations futures.

Sur ce constat, nous vous demandons, Mr le Président de la République, d’intervenir en tant que membre de la Commission EURATOM, pour que cette instance se réunisse dès 2019 afin de préparer la résiliation du traité instituant la CommunautéEuropéenne de l’ÉnergieAtomique EURATOM.

 

>>> Le lien vers la pétition en ligne :

http://abrogationeuratom.wesign.it/fr

Documents PDF à télécharger :

> Pétition NOUS DEMANDONS L’ABOLITION DU TRAITE EURATOM

Pétition Abolition Euratom — 16112018

> Résolution-EURATOM-francais-v4-1

Résolution EURATOMfrancais-4-1

> TO THE PRESIDENT OF THE FRENCH REPUBLIC

TO THE PRESIDENT OF THE FRENCH REPUBLIC

home