Réaction en chaîne humaine

Main dans la main pour l'arrêt du nucléaire


Les actions coup de poing des 16 et 30 juillet, et du 13 aout 2016 de 10h30 à 11h30 Le 11.3.2016, 5 ans après le début de la catastrophe de Fukushima, Le 26.4.2016, 30 ans après le début de la catastrophe de Tchernobyl, Nous ne voulons pas subir le destin Ukrainien, Japonais ou Américains, nous voulons un avenir sans cette menace vitale pour tous les enfants du monde. Nous voulons une décision française pour la sortie du nucléaire afin qu’une stratégie du développement des énergies renouvelable se mette en place. Agissez : déployez vos banderoles sur les ronds-points proche des autoroutes Pour un impact énorme et une économie d’énergie humaine. Pourquoi agir ? Petit rappel des faits : En France et dans le monde le nucléaire est un fardeau inacceptable et ingérable pour les générations futures. La durée de vie d’un réacteur est de 30 ans. Parmi les 58 réacteurs nucléaires Français, les 3/4 auront plus de 30 ans en 2016 (et 90 % en 2020). Ceci fait courir un risque inacceptable de catastrophe atomique en France. Quand agir ? Les samedis 16 juillet et 30 juillet 2016 Le samedis 13 aout 2016 De 10h30 à 11h30, déployez vos banderoles sur les ponts d’autoroute. Où agir ? Près de chez vous ! Sur les ronds-points à proximité des entrées des autoroutes de la A7. Nous avons les autorisations pour : • Valence Géant Casino, avenue de Provence /N7 – Entrée l’autoroute Valence Sud, Voir sur Google Maps. • Etoile, carrefour gare Etoile, • Loriol, rond point proche de l’entrée de l’autoroute, • Lyon est sans réponse pour le moment. Comment s’organiser Vous avez besoin de 3-4 personnes et d’une banderole avec des ficelles pour la fixer si nécessaire. Pour débuter, choisissez un lieu dans la liste ci-jointe. Puis contactez-nous. La déclaration aux préfectures sera fait par la RECH. Contactez-nous pour plus d’informations Association R.E.C.H. – Réaction en Chaîne Humaine Quartier Rouretord – 07800 Gilhac et Bruzac. Tél. : 0033 7 77 20 27 71 – Mail : contact-Rech@chainehumaine.fr Facebook : Réaction en chaîne humaine. La liste des lieux d’intervention sera actualisée régulièrement, merci de suivre les mises à jour sur cette page. (Article mis à jour le 14 juillet...

Read More

Nous remercions toutes les équipes des ponts pour cette bonne action. On était 25 personnes en Bourgogne et 30 personnes en Rhône-Alpes. 12 ponts, A6-A7, 7000 voitures par heure du soleil pas trop du vent ! Des banderoles contre le nucléaire et pour le développement des énergies renouvelables. Si le gouvernement ne veut pas nous entendre, nous sommes visibles...

Read More

Le 11.3.2016, 5 ans après le début de la catastrophe de Fukushima, Le 26.4.2016, 30 ans après le début de la catastrophe de Tchernobyl, Nous ne voulons pas subir le destin Ukrainien, Japonais ou Américains, nous voulons un avenir sans cette menace vitale pour tous les enfants du monde. Nous voulons une décision française pour la sortie du nucléaire afin qu’une stratégie du développement des énergies renouvelable se mette en place. Agissez : déployez vos banderoles sur les ponts d’autoroute Pour un impact énorme et une économie d’énergie humaine. Pourquoi agir ? Petit rappel des faits : En France et dans le monde le nucléaire est un fardeau inacceptable et ingérable pour les générations futures. La durée de vie d’un réacteur est de 30 ans. Parmi les 58 réacteurs nucléaires Français, les 3/4 auront plus de 30 ans en 2016 (et 90 % en 2020). Ceci fait courir un risque inacceptable de catastrophe atomique en France. Quand agir ? Le samedi 26 mars 2016 De 10 à 11 heure, déployez vos banderoles sur les ponts d’autoroute. Où agir ? Près de chez vous et partout en France ! Sur les ponts qui passent au-dessus des autoroutes A6 et A7. Nous avons choisi 9 ponts entre Paris et Lyon et 6 ponts entre Lyon et Avignon. Comment s’organiser Vous avez besoin 3-4 personnes et une banderole avec des ficelles pour la fixer au pont. Pour débuter, choisissez un pont dans la liste ci jointe. Puis contactez-nous. La déclaration aux préfectures sera fait par la RECH. Contactez-nous pour plus d’informations Association R.E.C.H. – Réaction en Chaîne Humaine Quartier Rouretord – 07800 Gilhac et Bruzac. Tél. : 0033 7 77 20 27 71 – Mail : contact-Rech@chainehumaine.fr Facebook : Réaction en chaîne humaine. Liste des ponts : RECH Chaine humaine PONT 26.3.2016v3 (Mise à jour le 18/02/2016.) Attention, le pont de Fleury en Biere (77930) est annulé faute...

Read More

On se souviendra de 2015 comme une année ou la France aura été confrontée à des attentats terroristes au cœur de son territoire. Le RECH – Chaîne humaine, avait alors pris l’initiative d’écrire à l’ASN (l’Autorité de Sûreté Nucléaire) pour l’interroger sur la prise en compte par les autorités des risques d’une attaque terroriste sur nos centrales et sites nucléaires. Article Nos questions à l’Autorité de Sûreté Nucléaire Voici leur réponse...

Read More

INVITATION pour une soirée de théâtre exceptionnelle ÊTRE « LIQUIDATEUR » HIER ET AUJOURD’HUI Avec le spectacle ELENA OU LA MEMOIRE DU FUTUR et le témoignage de Oleg Veklenko artiste et « liquidateur » ukrainien de la première heure   Le spectacle ELENA OU LA MEMOIRE DU FUTUR D’après le prologue de La Supplication de Svetlana Alexievitch, avec Nathalie Vannereau. Elena est la femme d’un liquidateur envoyé en première ligne au moment de l’explosion du 4e réacteur de Tchernobyl. C’est une femme banale. La tragédie la transforme en héroïne contemporaine. DR Le spectacle est une création d’une troupe de comédiens français – la compagnie Brut de Béton – sous la direction du metteur en scène Bruno Boussagol qui, dans le cadre d’une tournée qui les mènera de Paris à Genève, fera une halte sur les terres de Fessenheim pour donner une représentation unique de son spectacle « Elena 30 ans après » à partir du livre La Supplication aux Éditions J.C. Lattes de l’écrivain Madame Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015. « Elena est l’héroïne du prologue de La supplication. J’ai voulu l’isoler et en faire un spectacle à part entière afin d’en restituer la totalité du texte sans risquer de déséquilibrer l’ensemble du spectacle initial (à l’origine une partie du prologue commençait La Prière de Tchernobyl ). Elena c’est une femme banale que l’histoire traverse et qui la mute en héroïne tragique contemporaine. Elle est unique parce que marquée par l’écriture de la plus grande catastrophe technologique de tous les temps. Ce n’est pas rien » , explique le metteur en scène Bruno Boussagol. Elena 30 ans après est une nouvelle version de Elena ou la mémoire du futur dont la représentation est prévue le lundi 4 avril à Fessenheim, par la troupe de comédiens français, Brut de Béton. Cette structure de réflexion, de proposition et de réalisation d’actes artistiques n’ignorant pas le malaise dans la civilisation lance un appel : « Il est temps que les individus éclairés de notre temps, conscients de l’imminence d’une nouvelle catastrophe nucléaire civile ou/et militaire, aient du courage et se lèvent. » Elle estime que « l’année 2016 devrait être l’année d’une prise de conscience populaire » , tout en rappelant que le 11 mars 2016 sera la journée de commémoration (5 ans après) du début de la catastrophe de Fukushima et le 26 avril (30 ans après) celle du début de la catastrophe de Tchernobyl. « Partout dans le monde ces dates seront célébrées. »   Le témoignage de Oleg Veklenko artiste et « liquidateur » ukrainien de la première heure À l’issue de la représentation, le témoin de...

Read More

C’est possible est un projet participatif réalisé entre octobre et décembre 2015. Une invitation à se mettre en mouvement, à danser dans la ronde de la vie et de prendre conscience que de beaux projets citoyens se concrétisent. Une vision positive de notre manière de vivre ensemble. http://chainehumaine.fr/wp-content/uploads/2015/12/clip-cest-possible-sitechainehumaine-tabl-and-25.mp4 La pétition « Pour 100% d’énergies renouvelables d’ici 2035 » initiée par le RECH est plus que jamais d’actualité. Nous avons besoin de vos signatures mais aussi de votre soutien pour lui donner plus visibilité. Merci de diffuser l’information auprès de vos connaissances pour la faire découvrir à plus de soutiens potentiels. Pour accéder à la pétition : La page de la...

Read More

Les attentats du 13 novembre 2015 nous posent plus que jamais des questions sur la sécurité en France, et notamment en ce qui concerne les sites industriels sensibles, y compris les sites nucléaires… L’association RECH associée à la CRIIRAD a écrit une lettre à l’Autorité de Sûreté Nucléaire ce 2 décembre. En voici le contenu : à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, Objet : Demande de sécurité des centrales et sites nucléaires. Monsieur le président de l’ASN, Suite aux attentats terroristes de Paris du 13 novembre dernier, notre Premier ministre Manuel Vals a évoqué en particulier le risque d’attaque chimique sur notre territoire. Mais qu’en est-il du risque d’une attaque terroriste sur nos centrales et sites nucléaires ? Nous sommes légitimement et citoyennement en droit d’être inquiets à ce sujet. Pour exemple, les intrusions de militants de Greenpeace du 5 décembre 2011 à Cruas (07), du 15 juillet 2013 sur le site de Tricastin (26/84) et du 18 mars 2014 dans la centrale de Fessenheim (68) ont montré qu’il était possible à quelqu’un venu de l’extérieur d’entrer dans une centrale nucléaire. Pour rappel, suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, les autorités européennes avaient demandé des « Stress tests » sur les centrales de l’Europe qui incluaient : agressions violentes par séisme, inondations et attaques terroristes. En France, l’ASN a décidé à cette époque qu’elle était d’accord pour des Évaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) incluant les séismes et les inondations mais pas pour le reste notamment les attaques terroristes. Ce que l’on pouvait supposer est que notre pays n’était pas concerné par ces attaques. Face aux événements terribles de cette fin d’année 2015… On ne peut plus écarter l’éventualité d’une attaque terroriste sur nos centrales et sites nucléaires. Quelles sont les mesures précises qui sont actuellement prises ? Un plan de surveillance spécial a-t-il été mis en place ? Le périmètre de sécurité des centrales et des sites nucléaires a-t-il été renforcé ? Une surveillance efficace contre des attaques aériennes ou de drones a-t-elle aussi été mise en place sur les sites sensibles comme La Hague où sont entreposées une soixantaine de tonnes de Plutonium ? Qu’en est-il de Malvési, de Cadarache, de Marcoule et des FBFC ? Si ce n’est pas déjà fait, nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires d’urgence pour éviter et contrer une attaque terroriste et ce, sur l’ensemble de nos centrales et sites nucléaires. Merci de votre diligence et de votre réponse dans les meilleurs délais vu l’urgence de la situation. Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos meilleures salutations. Si vous pensez comme nous, nous vous invitons à imprimer la lettre en deux exemplaires. L’une pour le siège social...

Read More

Nous relayons une nouvelle fois un article du magazine Science & Vie (n° 1176). Éolien, solaire, hydraulique : à elles seules, ces énergies renouvelables pourraient subvenir à la totalité des besoins énergétiques de l’Hexagone d’ici à 2050 ! Tel est le constat, très dérangeant, d’une étude de la très officielle Ademe. Sur quelles bases ? A quel prix ? Partie du nucléaire, une France « 100 % verte » est-elle crédible ? Le dossier de Vincent Nouyrigat. La France possède un véritable potentiel « vert » Pour évaluer le potentiel français, les chercheurs ont analysé les cartes de puissance des vents et d’irradiation solaire issues de la Nasa. Ils ont aussi évalué la force des marées et de la houle, avant de convertir ces données en capacité de production d’électricité. Ce potentiel a ensuite été confronté aux contraintes du terrain : reliefs, réserves naturelles, présence d’habitations… Il ressort de toutes ces analyses un gisement exploitable abondant et bien réparti à l’échelle du pays. Éolien Solaire Hydraulique La France sans énergie nucléaire… Ce titre ressemble à une provocation. Un crime de lèse-majesté. Une proposition presque aussi indécente que celle qui consisterait à priver l’Hexagone de vin rouge ou de camembert ! Aucune institution, aucun laboratoire n’avait jusqu’ici osé explorer ce cas de figure énergétique, du moins publiquement. Avouons-le : cette hypothèse sulfureuse est difficile à formuler dans un pays dont l’électricité – et par là une grande partie de son confort et de sa puissance économique – repose à 75 % sur la fission nucléaire. Un pays jalonné de 58 réacteurs répartis sur 19 sites générateurs d’emplois. Un pays où tout scénario énergétique qui se respecte contient toujours à long terme une bonne tranche d’atome… malgré la catastrophe de Fukushima et les déboires du réacteur EPR. C’est simple, en France, l’idée d’une sortie du nucléaire évoque inévitablement un « retour à la bougie ». Ici peut-être plus qu’ailleurs, les alternatives sobres en carbone sont réputées peu crédibles (lire notre « dossier noir des énergies vertes », S&V n° 1086, mars 2008). Et pour cause : plombés par leur dépendance à la météo du moment, éoliennes et panneaux photovoltaïques semblent incapables de répondre à la demande d’électricité – à moins de mobiliser des moyens de secours considérables et ruineux. Un scénario 100 % vert a de quoi déranger dans un pays si attaché à l’atome « A tout moment, la production d’électricité et sa consommation doivent être parfaitement égales, sinon le réseau risque de s’effondrer dans la minute », rappelle Nouredine Hadjsaid, à l’Institut national polytechnique de Grenoble. Cet exigeant équilibre ne paraît pouvoir être assuré que par des générateurs thermiques puissants, disponibles et délivrant leurs électrons sur commande. Sauf que la situation a évolué. Contre toute attente, ce discours passe de plus en plus...

Read More

home