Nos actions


Anti-nuclear action on the European highway bridges Saturday, 10th, March 2018 at 10h-11h30 You are warmly invited to join in and help us organize an international antinuclear demonstration that will take place on Saturday, 10th, March 2018. On THE SAME DAY and AT THE SAME HOUR 10 – 11h30 we will be standing on the highway bridges that connect the Portugal border with the south of Spain, France, Belgium, Germany, Austria, Hungary, and all the strategic locations that host nuclear plants. We are hoping that you will collaborate to that event. TOGETHER to oppose nuclear power in Europe and show that we stand united to put an end to the greatest European threat caused by aging nuclear plants. A strong DETERMINATION and a firm UNION between all the antinuclear actors are NECESSARY to implement an efficient energetic transition towards a nuclear-free world. contact us: chainehumaine.fr@gmx.com Les Partenaires BBU/Bundesverband Bürgerinitiativen Umweltschutz www.ausgestrahlt.de Nuclear energy in...

Read More

AUFRUF zum EUROPÄISCHEN BRÜCKENTAG Stellt Euch die Masse der Autos / Menschen die vorbeifahren auf der Autobahn… Es liegt eine Anti-Atom-Aktionsidee für Sa. den 10.03.2018 von 10:00 – 11:30 Uhr vor, die auf europäischer Ebene mit Anti-Atom Banner/Banderolen/selbst kreierten Spruchbändern/Fahnen auf Autobahnbrücken in Deutschland, Luxembourg, Belgien, Niederlande, Frankreich, Spanien, Österreich, Luxembourg, Schweiz sowie in weiteren europäischen Ländern stattfinden soll – um die Linien der europäischen AKW Standorte ab dem Süden Spaniens zu verbinden. Die Aktionsidee ermöglicht auch kleinen Gruppen, Teil von etwas Großem zu sein und ohne großen finanziellen Aufwand. Hinsichtlich dessen wollen wir gemeinsam mit unseren deutschen Freunden, der BI. Cattenom Non Merci auf Europäischer Ebene Anti-Atom-Gruppen / Initiativen / Vereine / Bürgerinitiativen oder Umweltverbände, Umweltvereine & Menschen ansprechen, die sich dieser Aktionsidee auf internationaler Ebene anschließen und durchführen; – um die Aktionsidee auf europäischer Ebene zu erweitern; – um mit dieser Aktion zu symbolisieren, dass Radioaktivität nicht an den Grenzen Halt macht; – um die Beendigung der Atomkraft nochmals durch diese Aktion auf europäischer Ebene einzufordern; – um auf die europäische Bedrohung durch die Nutzung der Atomkraft und deren Gefahren (GAU, Terrorgefahren, Verlängerung der Laufzeiten, Ausbau von AKWs) hinzuweisen. Es gibt bereits Gruppen auf EU Ebene, die begonnen haben ein Teil der Organisation für ihre Stadt zu übernehmen. Eine Landkarte mit den vorgeschlagenen Routen ist auf der Interseite http://chainehumaine.fr/ verfügbar. Es besteht das Ziel, die vorgeschlagenen Routen an allen europäischen AKW Standorten zu erweitern. Für die Organisation, Anmeldung und Ausführung der Aktion ist jede Initiative vor Ort zuständig. Damit wir wissen, welche Anti-Atom-Gruppen / Initiativen / Vereine / Bürgerinitiativen oder Umweltverbände oder Umweltvereine sich der Aktionsidee anschließen und auf welcher Autobahn & Autobahnbrücke ihr die Aktionsidee durchführen wollt, meldet euch entweder bei dem Verein R.E.C.H. (Menschliche Kettenreaktion),Réaction en chaîne humaine Mailkontakt: chainehumaine.fr@gmx.com oder : contact-Rech@chainehumaine.fr (auch deutschsprachig). Website www.chainehumaine.fr oder bei der Bi. Cattenom Non Merci, Ute Schlumpberger, Mailkontakt: cattenom-non-merci@online.de. Zur Organisation -die Aktion muss bei der zuständigen Behörde zb Landkreisamt ,Präfektur etc angemeldet werden möglichst 14 Tage vor dem 10.3.2018 – 2- 4 Menschen pro Brücke. – Anti-Atom Banner/Banderolen/Spruchbänder/Fahnen oder ein oder zwei von euch kreierte Banner mit eurem Slogan. Befestigungsbänder falls es windig ist. Aktionsidee. Von 10:00 – 11:30 Uhr am Sa. den 10.03.2018 mit eurem Anti-Atom Banner/Banderolen/Spruchbändern/Fahnen auf Autobahnbrücken in Deutschland, Luxembourg, Belgien, Niederlande, Frankreich, Spanien, Österreich, Luxembourg, Schweiz sowie in weiteren europäischen Ländern sichtbar sein. Wir freuen uns auf zahlreiche Rückmeldungen. Kernenergie in Europa   Les Partenaires BBU/Bundesverband Bürgerinitiativen Umweltschutz www.ausgestrahlt.de Die ausgewählten Brücken Deutschland Trier Römerbrücke – https://de.wikipedia.org/wiki/Römerbrücke_(Trier) – und Napoleonsbrücke – https://de.wikipedia.org/wiki/Napoleonsbrücke_(Trier)  Antiatomnetz Trier Antiatom Karlsruhe en cours Strasburg EuropaBrücke Bund et STOP-TRANSPORTS / HALTE AU NUCLEAIRE, Belgien belgische Gruppen (Fin du nucléaire) in Kooperation mit deutschen Gruppen(Aachen – Aix-la-Chapelle) Aktion geplant um...

Read More

FUKUSHIMA (Japon) 11.03.2011 THERNOBYL (Ukraine) 26.04.1986 THREE MILES ISLAND (USA) 28.03.1979 MAYAK (Russie) 29.09.1957 Grande mobilisation pour une transition énergétique sans nucléaire ! Le 29 avril 2017 à 15 heures à Lyon PLACE BELLECOUR une Chaîne humaine se formera. Les catastrophes de Fukushima et Tchernobyl nous ont prouvé le danger réel du nucléaire. En France, nous ne cessons de réparer et de prolonger des centrales nucléaires vétustes, alors que le pays serait capable de produire 100% de son électricité avec les énergies renouvelables. Entre les deux tours de l’élection présidentielle , nous demandons aux deux candidats de s’engager pour la sortie du nucléaire afin qu’une stratégie pour les énergies renouvelables se mette en place dès le début du prochain quinquennat. Rappelons qu’en France l’électricité consommée ne représente que 25% de l’énergie produite or un mix énergétique 100 % renouvelable en 2050 a déjà été proposé par deux candidats avant le premier tour.En France, la filière nucléaire représente aujourd’hui environ 220 000 emplois directs et indirects. L’Ademe, elle, estime qu’en 2050 un mix électrique entièrement renouvelable créerait entre 800 000 et 900 000 emplois de plus qu’un système énergétique inchangé. Nous demandons donc la création des emplois dans les énergies renouvelables. N’attendons pas l’accident pour agir! Quand agir ? Le samedi 29.4. à 15 heures. Où agir ? Rejoignez-nous à la Place Bellecour à Lyon. Association Réaction en Chaîne Humaine – RECH Quartier Rouretord 07800 Gilhac et Bruzac Tel : 0033 7 77 20 27 71 Mail :contact-Rech@chainehumaine.fr à Site :...

Read More

Rendez-vous place de l’horloge, devant l’hôtel de ville d’Avignon à 11h. Chaine humaine, pour la sortie du nucléaire, la transition écologique et énergétique, la préservation du climat et la création de milliers d’emplois dans la transition… 11h : Rassemblement place de l’horloge devant l’hôtel de Ville d’Avignon. 11h30 : Prise de paroles des représentants associatifs et politiques sur ces sujets cruciaux. 12h30 : Départ de la chaine humaine de la place de l’horloge vers le pont St Benézet puis sur le pont Daladier et les berges de l’ile de la Barthelasse. 13h15: Pique nique tiré du sac sur les berges de l’ile de la Barthelasse. Les premiers signataires de l’appel pour cette chaine humaine. Inscrivez-vous : CREAVIGNON, EELV AVIGNON, Réaction en Chaine Humaine, NPA.,Réseau Sortir du Nucléaire. CHAINE HUMAINE EN AVIGNON SAMEDI 15 AVRIL POUR LA SORTIE DU NUCLÉAIRE ET LA TRANSITION...

Read More

Boycottons les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ! Ne laissons pas masquer la réalité de Fukushima! Il y a mille raisons de boycotter les Jeux Olympiques: la corruption des sponsors, les destructions environnementales induites… Mais dans le cas des JO de Tokyo 2020, il y en a surtout une: leurs méga-spectacles serviraient à masquer et à faire oublier le désastre de Fukushima. Le JOC (comité japonais des JO) a prévu un budget astronomique de 1.800milliards de yen (16milliards d’euros) pour seulement deux semaines de Jeux. Pour les réfugiés de Fukushima, qui sont dans une situation matérielle extrêmement précaire (qu’ils soient partis volontairement ou pas), ce gaspillage d’argent public est une insulte insupportable! Ces milliards devraient servir à la sécurisation de la centrale endommagée et à indemniser les personnes déplacées an qu’elles puissent mener une vie décente. La décision d’accorder les JO à Tokyo a été prise sur la base de la déclaration du premier ministre Shinzo Abe devant l’assemblée générale du Comité international des JO (IOC): à l’en croire, la situation de Fukushima serait totalement sous contrôle. Cette déclaration est tellement mensongère que l’on peut se demander si les membres du IOC ont été seulement manipulés ou s’ils ont été achetés par la lière maeuse. En réalité, le site de Fukushima-Daiichi est toujours dans une situation critique: 1573 lots de combustibles dorment encore dans les piscines installées au sommet des bâtiments des réacteurs 1, 2 et 3 dont les structures ont été sérieusement fragilisées par le grand séisme du 11 mars 2011. Si jamais un autre séisme important devait se produire, les conséquences en seraient incommensurables, et pourraient se faire sentir jusqu’à Tokyo. Les piscines se casseraient et, en l’absence d’eau de refroidissement, le processus de fusion s’amorcerait, sans qu’on ait les moyens de l’arrêter. Selon les prévisions, Tokyo devrait d’ailleurs être touché prochainement par un grand séisme vertical. Mais il n’y a pas de plan d’évacuation! Et pourtant Shinzo Abe voudrait absolument faire croire à un retour à la normale, sous prétexte que les JO sont des événements nationaux et internationaux d’un grand intérêt pour le pays. En occupant le devant de la scène, les images grandioses des JO lui permettraient de tirer le rideau sur la triste réalité de Fukushima. Et également de prétendre que le pays a achevé sa «reconstruction ». Il n’y a pas de spectacle plus ecace pour eacer des esprits les traces du désastre. Le monde entier croira que le Japon, tel le Phénix, se relève des cendres de la catastrophe. Dans cet esprit, le JOC est allé jusqu’à proposer au CIO de faire passer le porteur du feu sacré sur une route...

Read More

Bonjour et merci à vous tous qui, partout dans le monde, vous souciez du sort des victimes de l’accident nucléaire de Fukushima ! À l’approche de la date anniversaire de la catastrophe, comme il y a six ans, une neige fine tombe sur Fukushima. Un fort séisme, survenu en novembre dernier dans la région, nous a rappelé le souvenir douloureux du 11 mars 2011, et la profondeur des blessures infligées à chacun depuis lors. Aujourd’hui à Fukushima, des mesures d’incitation au retour sont concrètement mises en place : les directives d’évacuation sont levées les unes après les autres. Cependant, cela ne signifie nullement que l’on peut revenir sans danger à la situation antérieure. Cela veut dire tout simplement : « Puisque la décontamination a été effectuée, prenez sur vous et revenez vivre parmi les substances radioactives. » Dans les zones où la « fin de l’évacuation » a été décrétée, les déchets radioactifs, fruits de la décontamination, s’entassent dans d’innombrables sacs. Pour réduire leur volume, on construit des incinérateurs. Dans la commune de Tomioka, dont la directive d’évacuation sera levée le 1er avril prochain (sauf dans une zone hautement contaminée), le niveau de radioactivité de l’air ambiant atteint le taux de 0,65 micro-sieverts par heure (plus de 10 fois la valeur d’avant 2011). La moitié des habitants a décidé de ne pas réintégrer ses foyers. Dans les communes dont l’évacuation a déjà été annulée l’année dernière (Naraha, Minami-Sôma, Katsurao), le taux du retour est inférieur à 10%. En outre, le gouvernement japonais ainsi que le département de Fukushima cherchent à supprimer l’accès aux logements gratuits pour les personnes qui avaient fait le choix de se réfugier hors des zones officielles d’évacuation. Cette mesure, si elle était appliquée, aurait de graves conséquences pour tous ceux dont la vie a été bouleversée par l’accident nucléaire : perte de leur logement actuel, aggravation de leur précarité, dispersion de la cellule familiale, et enfin obligation de quitter un environnement auquel ils s’étaient enfin accoutumés pour retourner, à leur corps défendant, dans leur lieu d’origine. D’un autre côté, les autorités investissent un budget colossal de « reconstruction » pour mettre fin à l’évacuation et pousser de nouvelles entreprises à venir s’établir dans les zones contaminées. Le département de Fukushima s’est fixé comme objectif de réduire à zéro, avant 2020, le nombre de personnes évacuées ailleurs : à cette fin, la construction de « quartiers modèles » est déjà planifiée dans des zones fortement touchées par la radioactivité, et qui vont être décontaminées. De même, dans la commune de Futaba, à 4 km de la centrale accidentée, on prévoit d’installer une « Base d’archives »...

Read More

home